Vous êtes prêt pour un nouveau départ ?
Monique Beaufort
Monique Beaufort
Courtier immobilier

En 1909, la Ville de Montréal annexe le village De Lorimier et celui de Saint-Louis-du-Mile End. À cette époque, Saint-Louis-du-Mile End compte une vingtaine d'industries et le premier boulevard planté d'arbres de la ville, l'actuelle boulevard Saint-Joseph.

Le déménagement de l'Université de Montréal sur la montagne, en 1920, entraîne le départ de la bourgeoisie francophone et anglophone vers de nouveaux quartiers, tandis que la crise économique que connaît le pays durant les années 1930 provoque l'arrêt des constructions dans le quartier. Pour pallier au chômage, les pouvoirs publics initient quelques grands travaux comme la construction de la clinique Laurier, la cour juvénile (aujourd'hui l'École nationale de théâtre du Canada), le chalet du parc Sir-Wilfrid-Laurier et le tunnel Iberville.

En 1962, le boulevard Saint-Joseph perd son terre-plein et ses arbres.
Aujourd'hui sur le plateau
Aujourd'hui sur le plateau


Depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, en 1945, le Plateau Mont-Royal continue d'être le refuge des communautés ethniques à leur arrivée au pays. Les Juifs, tout en maintenant leur place d'affaires sur le boulevard Saint-Laurent, déménagent à Outremont et à Côte-des-Neiges.

La communauté grecque les remplace, apportant avec elle l'art de la pâtisserie et de la boulangerie.

Dernières venues, les communautés portugaises et vietnamiennes. Les Portugais imprègnent les quartiers Saint-Louis et Saint-Jean-Baptiste de la chaleur de leurs pays. Les maisons vétustes sont retapées et repeintes avec beaucoup de succès.

Depuis 1980, le mouvement récent de retour à la ville attire sur le Plateau les professionnels, les artistes et les étudiants, qui en font le coeur de la vie intellectuelle et artistique québécoise.